Dans Hôtellerie, Hôtels, Retour d'expériences

Jean-Baptiste Frejafon nous fait part de son expérience au sein du prestigieux Hôtel Bel Ami 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots Monsieur Frejafon ?

Je m’appelle Jean Baptiste, j’ai 20 ans et suis en 2ème année à l’ICI-ICARE. Avant d’intégrer l’ICI-ICARE j’ai fait une école d’ingénieur à l’ESTACA dans les Yvelines. Au cours de ma première année je me suis rendu compte que ce n’est pas ce qui me correspondait. Alors j’ai décidé de me réorienter. Dans quel domaine ? Je ne le savais pas encore, je n’avais pas encore une idée exacte de ce que je voulais faire plus tard. Puis durant l’été qui a suivi, j’ai travaillé en tant que serveur dans un restaurant gastronomique où j’ai découvert le milieu hôtelier. Je me suis renseigné sur les métiers de l’hôtellerie et j’ai découvert celui de concierge. Un métier qui je trouve me correspondait plutôt bien. Suite à cela j’ai intégré l’ICI-ICARE pour devenir concierge.

Où effectuez-vous votre stage actuellement ?

Je suis à l’Hôtel Bel Ami à Saint-Germain-des-Prés. L’hôtel compte 108 chambres, c’est un 5 étoiles situé en plein cœur de Saint-Germain-des-Prés qui se trouve à quelques pas de l’église Saint-Germain-des-Prés et des principaux cafés comme le Café de Flore, les Deux Magots ou la brasserie Lipp. Nous sommes dans le centre névralgique de la Rive Gauche.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’hôtel ?

L’hôtel appartient au groupe B Signature, un groupe français. Il possède sept hôtels en France et dans le monde, dont cinq à Paris, un en Bretagne, qui s’appelle le domaine de Bretèche, et un dernier à Saint-Barthélemy, le Manapany.

 Selon vous qu’est-ce qui fait de l’Hôtel Bel Ami un incontournable ?

L’hôtel possède une architecture très moderne et épurée. La décoration intérieure a été faite par de grands architectes français avec du mobilier design. Le bâtiment s’intègre dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés ou le « quartier des arts ». Il est rempli d’œuvres d’art dont nous parlons aux clients, c’est d’ailleurs l’une des tâches du concierge que j’apprécie car je suis moi-même très attaché au milieu de l’art.

Quel type de clientèle recevez-vous majoritairement ?

Nous avons une clientèle qui est loin d’être comme les clients jetset que l’on trouve Rive Droite ; nous avons plutôt des directeurs de grandes entreprises françaises qui viennent se relaxer ou profiter de notre spa.

Ensuite nous recevons beaucoup de français mais cela peut varier. Il y a des moments où nous accueillons des brésiliens et la semaine d’après des israéliens.

Comment s’est passée votre première journée ?

J’avais fait deux stages auparavant en tant que voiturier/bagagiste mais il s’agit de mon premier stage comme concierge. La première journée aurait dû donc être une journée de découverte mais  j’ai été directement plongé dans le bain ! Cela ne m’a finalement pas déplu, ma journée s’est très bien passée.

Comment vous a-t-on formé ?

Mon tuteur est le chef concierge de l’hôtel, M. Caruso (ndlr.ICI-ICARE 2006), qui est un chef concierge clefs d’or. D’ailleurs toute l’équipe est composée de concierges clef d’or. Avant de travailler à l’hôtel il m’avait envoyé un plan de Saint-Germain-des-Prés avec des points d’intérêts à visiter. J’ai trouvé cela très intéressant, c’est la première fois que l’on me faisait une formation en amont. A mon arrivée à l’hôtel, les premiers jours étaient consacrés à l’observation pour comprendre le fonctionnement de la loge. Je me suis donc concentré sur les rouages de la loge. Une fois que j’ai compris M. Caruso m’a mis en poste et petit à petit m’a laissé en autonomie. Maintenant je peux faire des shifts en autonomie et quand les concierges sont occupés dans le back office, je gére le desk : les demandes clients, répondre au téléphone etc. 

Avez-vous rencontré des difficultés ? Comment les avez-vous gérées ?

Je pense que l’une des difficultés c’est d’apprendre à connaitre les habitués. On a une clientèle très fidèle. Il y a des clients qui viennent toutes les deux semaines pour un séjour d’affaire, ils restent deux ou trois jours. Et d’autres qui viennent tous les mois pour passer un séjour à Paris et restent une semaine.  Il faut donc apprendre à les reconnaître physiquement et puis connaître leur personnalité afin d’adopter le bon comportement avec eux.

Qu’est-ce qui vous a marqué dans ce stage ?

Nous avons des clients qui nous reconnaissent, ils nous appellent par nos prénoms, viennent nous serrer la main, certains nous font même la bise ! Cela est propre à la clientèle du Bel Ami et c’est incroyable, c’est la première fois que je vois cela. On a l’impression que le client nous considère comme un ami, qu’il est revenu nous voir et cela nous fait simplement plaisir, nous prenons plaisir à lui rendre service.

 

Parlez-nous de votre perspective d’avenir ?

Plus tard, je voudrais être concierge d’hôtel.

Avez-vous une journée type ?

La structure de ma journée est toujours la même, après il peut y avoir quelques changements. En général je commence à 12h45, je me change et je salue toute l’équipe. Ensuite je fais le point avec les bagagistes. Je me renseigne sur les bagages des clients arrivés ou sur les bagages des clients sur le départ. Ce qu’il faut savoir c’est que l’hôtel a plusieurs points de stockage, soit en bagagerie, soit au desk, il faut donc noter le nom du client, le numéro de chambre, le nombre de bagages et le lieu de stockage. Cela nous permet de nous retrouver facilement et de nous faire gagner du temps.

Ensuite je consulte le logiciel de l’hôtel « concierge organizer » je me renseigne sur ce qui a été fait le matin et je regarde ce qui est prévu pour l’après-midi. Et s’il y a des clients qui arrivent entre-temps je m’occupe de leur accueil. Pour le soir, on s’occupe des réservations des taxis pour les clients qui sortent diner et pour les clients qui partent tôt le matin.

Que conseillerez-vous pour vos « juniors » ?

Je dirais le plus important dans ce milieu c’est d’être curieux, moi par exemple je ne me balade jamais sans mon appareil photo. Je me promène pendant mes jours de repos, je prends tout Paris en photo, les monuments, les gens, les touristes qui passent et je note les choses qui m’ont marqué pour ensuite les conseiller.

 

You may also like

Article précédentNicolas Dormoy nous partage son parcours et son expérience au sein de l’hôtel Renaissance Paris République 
Article suivantElève en première année, Mathis Bourquin nous fait part de ses premiers pas dans la conciergerie

Vos commentaires

Laisser un commentaire