Dans Hôtellerie, Retour d'expériences

Retour sur l’inspirant parcours de Johan Lallemand

Après avoir étudié à l’ICI-Icare et avoir effectué un stage en conciergerie, vous êtes devenu assistant personnel, pouvez-vous nous donner les raisons qui vous ont poussées à faire ce choix ?

Ce n’est pas vraiment assistant personnel que je fais actuellement, on peut dire que je fais le métier chasseur/concierge/majordome pour une famille, c’est très varié !!

Il n’y a pas forcément de raisons précises qui m’ont poussées à faire ce choix, j’ai fait mes études et ai travaillé en hôtellerie donc il me semblait évident de suivre un parcours en conciergerie d’hôtel après mon stage à l’Hôtel du Cap Eden-Roc. La seule raison que j’ai eue, pour faire ce que je fais aujourd’hui est l’opportunité.

 

Assistant personnel pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Je suis actuellement responsable d’un domaine en rénovation non loin de Paris et je pars dans très peu de temps à Courchevel pour 4 mois, j’ai également un « bureau » en Belgique à Gand où sont répertoriés tous mes fournisseurs / contacts professionnels pour le domaine ou autre. C’est difficile à expliquer car chaque jour est une nouvelle aventure mais j’ai une ligne directe où on me contacte pour différentes activités / missions/ demandes. Je travaille principalement pour la famille mais il m’arrive également de répondre à des demandes d’activités ou hébergement des personnes qui travaillent dans la société principale de mon patron.

 

Pourquoi avoir choisi de quitter l’hôtellerie ?

C’est pendant mon stage dans le sud que j’ai eu la chance de faire une belle rencontre. Un client de l’hôtel : le feeling est très bien passé puis il m’a demandé si par hasard j’étais intéressé pour travailler pour lui. Le temps d’attente a été long puis j’ai justement beaucoup hésité à quitter l’hôtellerie mais j’ai choisi de vivre une nouvelle expérience en acceptant ce qu’il m’a proposé.

 

A quelles difficultés avez-vous été confronté ?

Le cadre : En hôtellerie c’est clair il y a une hiérarchie un organigramme. Ici je n’ai qu’un seul supérieur, mon patron, mais je suis quand même amené à travailler avec plus de 700 personnes à l’intérieur des entreprises et domaines de monemployeur et ce n’est pas toujours évident, chaque personne n’a pas le même moyen de communication et il faut jouer avec les disponibilités et la localisation de chacun.

La nouveauté ; J’étais dans mon petit confort sur la connaissance des services et le fonctionnement en hôtellerie, là j’ai dû m’adapter très vite à quelque chose de tout nouveau en tous points.

 

Diriez-vous que le niveau d’exigence entre les deux professions est le même ?

C’est totalement différent, je peux me permettre ici de faire des choses que je ne pouvais pas faire en Hôtellerie et vice – versa.

Dans l’hôtellerie de luxe la qualité est primordiale, il y a des  » procédures  » sur différents points. Il faut également beaucoup communiquer avec ses collègues pour donner ou laisser la bonne information.

Alors que là où je suis c’est mes propres méthodes, mon organisation, ma façon de travailler, je suis libre de faire un choix plutôt qu’un autre. Je pars d’un point, je dois arriver a à un résultat peu importe comment j’ai procédé.

Mais dans les deux cas le niveau d’exigence est proche du maximum !

 

Auriez-vous un conseil à donner aux actuels étudiants de l’ICI-ICARE ?

Toujours aller de l’avant, faire un maximum de contact à Paris, ne pas hésiter à contacter des chefs concierges pour des questions ou visites et surtout s’investir dans son stage !

 

 

Article précédentBachir Arbid, élève de l'ICI-ICARE et concierge en herbe
Article suivantRetour d'expérience Valentine Beckaert : six mois au coeur du Bristol à Paris

Vos commentaires

Laisser un commentaire